La pièce

Ecrite par Karol Wojtyla en 1960

La Boutique de l’Orfèvre est un drame humain profondément enraciné dans le concret de la vie quotidienne.
Thérèse et André, Anna et Stéphane, Monique et Christophe sont des couples d’aujourd’hui aux prises avec les difficultés ; Adam, à la fois homme de la Terre et de l’Ailleurs, est celui qui veille et qui provoque l’éclatement de la vérité des êtres. Une vérité qui ne peut être sans la Vérité. Celle qu’apporte le Christ, Bien-aimé et Epoux, dont le visage est en chacun des hommes que le destin nous fait rencontrer.
Mais il est difficile d’entendre les appels, de lire les signes que nous adresse l’Eternel…
Dans La Boutique de l’Orfèvre la vie a séparé Thérèse et André, puisque lui est mort à la guerre ; elle a désuni Anna et Stéphane devenus indifférents l’un à l’autre.
 Monique et Christophe, leurs enfants, réussiront-ils là où leurs parents ont, d’une certaine manière, connu l’échec ? Rien n’est moins évident, tant la distance qu’ils prennent avec l’Orfèvre – Dieu est grande. L’auteur nous laisse en même temps un doute et une espérance.

Karol Wojtyla avait 40 ans quand La Boutique de l’Orfèvre a été publiée dans la revue Znak. Il était alors évêque auxiliaire de Cracovie depuis deux ans. C’est donc là l’œuvre d’un homme en pleine maturité qui a su exprimer toute sa connaissance profonde de l’expérience humaine avec un étonnant talent d’écrivain.

Jean Offredo
Avant-propos de l’édition française
 Cana – Le Cerf, 1979